dimanche 8 janvier 2012

HARIKOTS (1)





Ivre nulle part
éprouver au matin
la terreur du gibier p.51


Le jour du Seigneur
le discours du président
le fond de l'air est frais p.35



Vidéo: Jean Coulombe (c) 2012


2 commentaires:

  1. Etrange comment une succession d'images peuvent remettre en question une première idée de lecture. En apercevant ces cycles de trois vers, je me suis imaginé d'abord un rythme de lecture façon Haïku. Tant la référence au gibier que le retour brusque à l'air frais s'y prêtent assez... Et puis en regardant la vidéo, chaque vers s'isole et dessine un trait de l'identité d'un homme seul, flou, obscur et distant ramené entre deux mondes (le quotidien et son ivresse) par l'air frais (de sa clope?)
    Bien à vous

    RépondreSupprimer