samedi 14 novembre 2009

NATURE MORTE MORTE


Ils ont
arrêté
Cézanne
à l'épicerie du coin

Cézanne
arrachait les codes
dans le rayon des fruits
en pleurant

1 commentaire:

  1. Chrisse Alain, tu m'as fait ma matinée avec celui-là. Ma blonde l'a même épinglé su' l'fridge.

    C'est bon d'savoir que pour la "poésie maison", j'ai juste à cliquer par ici... C'est toujours à elle qu'on revient anyway, hein, la tabarnak.

    Excellente idée que vous avez eu là, les boys. J'vous lis toujours avec le même plaisir.

    Vous envoie la main.

    Mathieu

    RépondreSupprimer