dimanche 24 novembre 2013

LE PAPILLON






















Je vais gueuler ma chanson

me verser du ciel à la poche

plein mes folles branchies.


Je vais trouver le revers des regrets

et le sublime caché des blessures.


Je vais avoir le rire

plus percutant que l'aube

bondée de soleils en partance.


Et l'arc-en-ciel de la nuit

se posera léger sur mon épaule

comme un papillon-mémoire.


Jean Coulombe © 2013


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire