lundi 22 novembre 2010

AVEC LES ONGLES DU COEUR


Avortés du désir
les miroirs les yeux qui crèvent
en premier
rêvent de coeurs solaires.

Abstrait l'homme pulvérisé
est livré aux coloris
des amours industriels.

Une morsure de satin
à ses veines de velours
elle pleure mais personne
s'en rend compte
parce qu'elle sourit

elle crache de la fumée
comme une usine
où on fabrique des blessures
bois toute
pour plus avoir rien
à oublier
et toujours se répandre
selon la rumeur.

Poésie: Denis Samson
Musique: François Carrier
Réalisation: Jean Coulombe
Tous droits réservés (c) 2010

3 commentaires:

  1. elle boude
    boude en rêve
    silence alourdi par la moue
    moulé sur le désir
    elle rêve qu'elle boude

    alien_jupon

    RépondreSupprimer
  2. il bande
    bande en rêve
    silence froissé par le rictus
    soulevé par la trique
    il rêve qu'il bande

    RépondreSupprimer