vendredi 19 juin 2009

PHOTOMATON


Sérénades mécaniques
dans l'air comprimé

le bleu matin détraqué
à recoudre le sifflet des heures
les trains perdent le fil.

Oiseau du photomaton
tes ailes dépassent ta langue
se faufile
entre mes mots
dans les veines des courriers du corps

Denis Samson © 2009

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire