mardi 25 décembre 2018

ET DES VOISINS SI TRANQUILLES

















Parcourir le froid
parcourir la nuit
les rues d'une banlieue grise
ordinaire
offertes à la morsure du vent
qui mènent toutes
à un Tim Hortons ouvert éternellement
24 hres/24.

Un endroit fantastique
pour élever une famille.


Denis Samson © 2018


mercredi 19 décembre 2018

LES PAS DE L'AUBE



















Le mur de l'horizon
avance vers moi
la tête basse

comme une armée vaincue
une forêt désarmée
sur le tapis blanc de l'aube

pas à pas dans la neige
j'ai toute ma musique
à composer en silence

toute une symphonie
de complaintes perdues
de regards à tisser
d'amours à étreindre.



Jean Coulombe © 2018


mercredi 12 décembre 2018

RETOUR DU FROID





















La première neige oubliée
l'hiver s'est refermé sur nous

                    *

Miroir fragile
sous la neige qui tombe
les trottoirs
sont couverts d'étoiles
évadées des rondeurs du ciel
qui collent à mes semelles
à chaque pas.


Denis Samson © 2018


vendredi 7 décembre 2018

L'ESPOIR SOUS MA LANGUE





















La solitude morbide
lâche prise vers le vide

les oiseaux-flammes
accompagnent
le souffle chaud
du printemps éternel.

Pourquoi ce vertige
penché sur ma ville?

Pourquoi brûle l'espoir
sous ma langue?

Tout sera dit sans brusquer
les étoiles

tout sera consumé
au bruit du silence.


Jean Coulombe © 2018


vendredi 23 novembre 2018

ABSENCE

... à R.D.




















Quand la mémoire abuse
des choses molles
la pensée fait plus tellement partie
du spectacle

coeur désaffecté

corps et âme
se cicatrisant

l'absence se tient
pour dite...


Denis Samson © 2018


mercredi 14 novembre 2018

LE RETOUR





Ceci n'est pas un endroit
pour les petites âmes

le jour s'y réchauffe
au repentir des tempêtes

le dos aux falaises noires
j'y vis la course du temps

sans cruauté
livré aux vents
entre brume et cri

le long fil tendu
vers les bras de mémoire
sera mon récif

le retour m'échappe.



Jean Coulombe © 2018



mercredi 7 novembre 2018

LA FATIGUE DU SOMMEIL



























Yeux écorchés
draps qui suent l'absence
les nerfs emmêlés
le coeur resté coincé
quelque part

le soleil par le fond
les épaves qui remontent.


Denis Samson © 2018


vendredi 2 novembre 2018

TROQUER SAISON





















Une saison qui bascule
au lac perdu

renouer avec l'exil
d'un blues sans âge

reflets métalliques
d'un ciel avant neige

j'avance vers les glaces
avec la paix des ancêtres.


Jean Coulombe © 2018


vendredi 26 octobre 2018

UN ÉTAT DES CHOSES / UN POINT DE VUE PERSONNEL





















La pompe à fric des multinationales
prêtes à exploiter tout ce qui reste

la propriété privée bien protégée des uns
sacrifiée à des "intérêts supérieurs" des autres
la vie privée "nevermind"
les mécanismes du désir à la chaîne
l'esthétique corporative
des réseaux faciaux
l'ignorance virale
l'infantilisation de masse
le vedettariat narcissique
et tous ces bons sentiments
passés au hachoir
d'une grande émission de cuisine sociale
à la télé

un monde qui voit
de plus en plus petit
des normes faisant de chaque citoyen
un "pareil"
le conformisme en tant que remède
le nivellement comme solution
aux excès dérangeants de l'imagination...

Le meilleur
des mondes.


Denis Samson © 2018


vendredi 19 octobre 2018

MIGRATION





















À l'ombre de cet arbre
d'où je regarde s'enfuir
un autre jour
du restant de l'été
à l'écoute des derniers secrets
du vent dans les feuilles
je jase avec un ami
de passage
avant qu'il s'envole
pour l'hiver.


                   *


Soleil sexy de l'automne

ciel bleu sans un pli

chevelure d'ombre
dans tes yeux.


Denis Samson © 2018

Sur les plaines d'Abraham, septembre-octobre 2018


mardi 9 octobre 2018

LA RÉTINE DU COUCHANT



















La ligne des épinettes est parfaite
quand elle tranche la rétine du couchant.


J'irai me casser de la poésie
sur le dos

je réparerai le chant
de chaque oiseau tombé

je te ramènerai de la bière
pour le feu des mots

notre tempête sera lente
enveloppée de mystère

tu goûteras chacun des gestes
repliés sur ton coeur

toute cette tendresse en fagots
que l'on monte en bûcher.



Jean Coulombe © 2018


lundi 1 octobre 2018

LE GRAND ATELIER


















Un argot d'identité
creuse la chair du diable

la peinture se sur-réalise

l'État du Québec en soleil bleu

car la fabrication du consentement
reste une bible érotique entre hommes.

Résistances pour raisons communes

au grand atelier de l'énergie humaine
à l'usage de l'insurrection qui viendra!



Jean Coulombe © 2018


samedi 22 septembre 2018

MIGRATION DES HEURES


























Voix de papier regard collé
aux heures
marchant la tête ailleurs
en déchiffrant les signes

le jour se faufile entre les ombres
des passants.


Denis Samson © 2018



lundi 17 septembre 2018

SOLEIL GRIS






















La boîte vocale
de la misère
est pleine

les élections
s'en viennent

le soleil
reste gris.



Jean Coulombe © 2018


samedi 8 septembre 2018

MÉMOIRE DE CHAIR





















Bigoudis sur l'écume algues échevelées

navires qui font des noeuds dans l'eau

l'image
fragmentée
mémorise l'absence
mais retient la mer
bien ancrée au coeur
d'une mémoire de chair.


Denis Samson © 2018


mardi 4 septembre 2018

VERTICALITÉ



















Je vis ce voyage
immobile

arbre immolé

comme les heures
sans la moindre distance

ma parole est
brume d'eau salée

puisée à l'écume
d'un fleuve sans fin.


Jean Coulombe © 2018


lundi 20 août 2018

BOUSSOLE



























Le vent fatigué
et toute la forêt qui baille
la langue des ruisseaux
serpente entre les ombres

replis secrets d'une rivière.

Dans les rapides de la boussole
les poissons perdent le nord

dans son manteau de brume
la forêt sent l'usine.


Denis Samson © 2018


jeudi 16 août 2018

SOCRATE






















Socrate est parmi nous
il hante le centre-ville

il mange de la poutine végane
et roule en fat-bike

il a son lot d'amendes impayées
il n'écoute pas le téléjournal

on lui a fait un profil Facebook
qu'il ne consulte jamais...



Jean Coulombe © 2018


jeudi 9 août 2018

DES JOURNÉES COMME ÇA... (3)





















Juste fatigué
une journée comme ça

fatigué
des journées comme ça

fatigué de la résilience
de bon ton
de l'infantilisation quotidienne
par le biais des médias
fatigué d'entendre dire
qu'on en est rendus là,

juste une journée
comme ça.



Denis Samson © 2018


jeudi 2 août 2018

TOMBER DANS L'TROU (VIVRE)



















Sous l'oppression des ombres au néon
tout ton corps se recroqueville

avant le souffle Kamikaze
il aspire les incandescences

tu regardes aveugle le ciel troué
celui qui te parle sans rien te dire.

Ta main s'étire plus loin dans le noir
vers cette lumière qui te nargue

vers la VIE presqu'oubliée.



Jean Coulombe © 2018




lundi 23 juillet 2018

AVERTISSEMENT: LE JUGEMENT EST CONSEILLÉ






















À l'écran
la dignité aux enchères
les vainqueurs et les vaincus
se ressemblent

le vedettariat pourvoyeur centralisé
d'émotions
le nombril de la nation se regarde
être regardé

un pays où pour porter le nom
'd'artiste'
il peut suffire de passer souvent
à la télé.


Denis Samson © 2018


samedi 14 juillet 2018

TON REGARD VAUT UNE TONNE DE BRIQUES























Nous n'avons plus de confins
le monde nous amenuise

presque seuls
presqu'ensemble

aux abysses

une frange de temps
enroulée autour du cou

pour le défilé...


Jean Coulombe © 2018

P.S. L'ordre des choses est établi sans remords


mercredi 11 juillet 2018

DES JOURNÉES COMME ÇA... (1 et 2)


























DES JOURNÉES COMME ÇA ... (1)

Démolitions et réfections mentales
ponctuelles

au point de rupture du sommeil
les draps pognent les nerfs
l'oreiller bat trop vite
la sueur pue la peur
qui tue les rêves.

Tu te lèves
soulèves ton coeur
encore une fois

toujours les heures font appel
à ce qui reste de toi
tel un ouragan en bout de course.

Toute douleur bien rangée
tous ces jours enfermés
dans leur petite case,
un calendrier comme un pilulier,
squatter le silence narcotique,
résister à l'obscurité frelatée
à grands coups de coeurs
sinistrés.

Faire de son mieux
en tant que représentation
de ce qu'on croyait être...

Écrire,
rapiécer des poèmes.




















DES JOURNÉES COMME ÇA ... (2)

Ces heures chaudes

la vie toute belle le ciel bleu ciel

à ras du crépuscule
les yeux baignent dans l'ombre
le fleuve est un reflet
des profondeurs du jour

la fin d'un après-midi soyeux
où des araignées auront tissé
cette lumière entre moi
et l'horizon.



Denis Samson © 2018



dimanche 1 juillet 2018

L'IDÉE C'EST D'AVOIR UN HOSTIE D'BON DRUMMER

À Alain Larose...


















Mon frère boréalisé
enrobé d'étoiles

poète roulé sous le vent

ton satori viendra
comme un wampum
porté par le feu.



Jean Coulombe © 2018

NDLR: Il y a plein de bon granit en haut de la côte pour les rêves.



jeudi 21 juin 2018

À L'ÉCLOSION DES MARÉES






















Ondes de tempête
états d'aubes qui débordent

nuages qui roulent sur la mer
ventre à l'air
la pluie ramène ses cheveux
en crinière

la lune ouvre des jardins
à l'éclosion des marées.


Denis Samson © 2018


vendredi 15 juin 2018

ROYAUME



















Je lance des corbeaux
dans le ciel de la basse-ville

comme une prière

pour provoquer les astres
pour rassurer les enfants

quand les vérités flambent
doucement une à une

j'étends mes mains sur les rumeurs

dans le silence partagé
je suis le roi de nulle part

et mon trône n'a que trois pattes.


Jean Coulombe © 2018


vendredi 8 juin 2018

RÉSIDENCE MUETTE





















Fossiles des heures archives d'étoiles
éphémères

derrière un voile de chair
l'effondrement des ombres
l'écho sans fin
de paroles tues

pensées en boucle entre sensations
et sentiments
des corps menottés au sommeil

d'une rive à l'autre du ciel
on garde secrète
la résidence muette des songes.



Denis Samson © 2018


samedi 2 juin 2018

L'OMBRE DE L'AUBE




















Les vertiges s'incrustent
le sang noir de la ville
rôde près des mots

le silence des oiseaux
chante l'ombre de l'aube

un peu de lumière
cogne à la fenêtre

le tumulte surviendra
au soleil dissolu

entre nos bras endormis


Jean Coulombe © 2018


samedi 26 mai 2018

PORTRAIT DE L'AUBE





















La nuit passée à écrire
la page des heures arrachée
les dernières étoiles en rappel

le ciel replié
sur le bord de la fenêtre
l'aube à grands traits
couleurs d'oiseaux.


Denis Samson © 2018


lundi 21 mai 2018

LE TEMPS CASSÉ






















Nous avons traversé les eaux noires
sans un rêve     les yeux au large
croisé nos enfants perdus

tu as souvent caché ton visage
pour renoncer aux rafales
l'or de tes cheveux arraché

que cessent les échos du sang
que se taisent les pluies assassines.

Il nous faut réparer le temps cassé.



Jean Coulombe © 2018


vendredi 11 mai 2018

DANS LA MAISON DES OUTILS



























Dans la maison des outils
entre les murs
dans la froide clarté
la noirceur des heures
se répand dans tous les coins

réglés comme une horloge
les mots et les images
manufacturent les rêves.

Dans la maison des outils
l'ouvrage de la nuit
se poursuit...



Denis Samson © 2018


mercredi 2 mai 2018

UN SOIR À L'OPÉRA


















Un soir

des soirs

sur leur galerie
de la rue Wolfe
Yvette et Olivette
rient et pleurent
aux éclats
comme devant un
opéra italien
en regardant le trafic

mais l'opéra se joue
dans une
corbeille de l'opéra
sur la galerie
d'Yvette et Olivette
qui rient et pleurent
chacune à son tour
et les deux ensemble

la nuit sera chaude
ils annoncent un bel été
dans l'almanach


Alain Larose © 2018


mardi 1 mai 2018

UN JOUR À REFAIRE






















L'enfant à mon visage
m'arrache les certitudes

sous ses ongles
le sang
que j'abandonne

comme la lumière
d'un jour à refaire.


Jean Coulombe © 2018


jeudi 19 avril 2018

L'AVANT


























Nuages effilochés
ciel nocturne
comme un tableau noir
effacé à la hâte

en avance d'un rêve
sur l'agenda du sommeil
les fantômes ont migré
à travers les pages d'un journal
celui d'une jeune fille
qui allait un jour
devenir ma mère
où le nom du père
apparaît seulement
vers la fin.

En avance d'un rêve
sur l'agenda du sommeil
sous le silence on peut entendre
le temps s'user à l'envers.



Denis Samson © 2018


samedi 14 avril 2018

L'ESCALE





















J'invente les paysages
qui nous réchauffent

qui éparpillent
couleurs et ténèbres
en une force imparable.

L'escale est notre mirage.


Jean Coulombe © 2018


jeudi 5 avril 2018

BIJOUX



























Si boire aux larmes
survient aux âmes
perdues
au fond de la bouteille
si ça tambourine aux paupières
l'oeil au noir
les noeuds du corps tranchés
la parole se fait chair
à vouloir tout dire
pour se faire plaisir
où ça fait mal
pour sentir quelque chose

âmes qui se perdent à chercher
à qui vendre
ce qui n'appartient
à personne.


Denis Samson © 2018


dimanche 1 avril 2018

DE PARTOUT




Les neiges flétries
s'entortillent aux forêts
creusent ce territoire
qui nous échappe.

De partout
viendra l'aurore.


Jean Coulombe © 2018





jeudi 22 mars 2018

RESTER JEUNE



























Assis au comptoir
d'une mémoire qui persiste
à mimer les saisons
l'espace se resserre
sur nos souvenirs.

Au 5 à 7 des fantômes
il n'y a pas d'âge pour se vanter
d'être resté jeune.


Denis Samson © 2018



lundi 12 mars 2018

LE FRACAS DE TA SÈVE




















Perdue sur le sentier
des neiges mortes

tu es belle

tes frayeurs
étincellent
avant de fondre

lancée sur la glace mince,
tu as compris
la profondeur de l'espoir.

Ta sève de survivre
brûle tout le fatras

elle bouscule
les vérités creuses
tombées là comme
des fruits capricieux.


Jean Coulombe © 2018



vendredi 9 mars 2018

5 À 7 DES FANTÔMES



























Tu te pintes en spécial
près de chez moi
tu téléphones pour dire
quelque chose
ça ressemble
à une invitation...

Retour d'âge d'un vieux bar
au 5 à 7 des fantômes
l'alcool coule à pic
les épaves des horloges remontent
les fuseaux horaires du corps,

je remonte la rivière
d'une mémoire
où viennent boire les souvenirs...

Last-call
le visage affaissé des heures
des grandes gorgées
pour vider la place

mal au coeur
entre les deux oreilles
un taxi pour s'enfuir
un lit pour s'enfouir

au 5 à 7 des souvenirs
le temps n'existe plus
que par abstraction.



Denis Samson © 2018


jeudi 1 mars 2018

SUR LE CHEMIN DES SOUCHES BRÛLÉES






















L'entreprise d'être un enfant
caché dans de vieux os

fulgurances
réminiscences

lové en mes chairs

j'essaie de dompter
tout ce que
je n'ai jamais saisi

sur le chemin
des souches brûlées.


Jean Coulombe © 2018


dimanche 25 février 2018

BERCEUSES





















Lunes à vif
berceuses industrielles
nuages qui baillent
nuits raturées néon

les ombres se marchent sur les pieds

la ville se raconte
de belles histoires
pour s'endormir

congères des songes
engelures du sommeil

des bains de lumière froide révèlent
l'identité réelle de la douleur

les sans-abris s'endorment toujours
dans l'oeil d'un ouragan.


Denis Samson © 2018


dimanche 18 février 2018

GLACE NOIRE





















Quand ma vie glisse
sur une plaque
de glace noire

les détails s'acharnent
chaque lueur me parle.

Immense joie
d'un astre
arraché à la nuit

bousculade d'air
jusqu'au fond
de mes fêlures.


Jean Coulombe © 2018



mardi 13 février 2018

HIVERNAL





















Ondes de tempête

Dans la poudreuse
sur la piste de chants d'oiseaux
le vent brouille les ombres
le froid lui-même
reste attentif aux signes.


Maison froide

Le feu est mort
la maison finit par s'endormir
seule
sans personne pour la réchauffer
tout autour la terre craque
le soleil se lève tard
la nuit tombée en neige
battue des vents.


Sédentaire

Parti pour l'hiver
à écrire des affaires
d'hiver
je passe l'hiver
en hiver.


Denis Samson © 2018


vendredi 2 février 2018

À CONTRE-JOUR



















Mon corps est un vitrail éphémère
une rivière à contre-jour
comme un poème abandonné

et toujours cette chanson
qui me tourne dans la tête

mon corps me livre au temps
rides et poings liés
dans la galaxie des miroirs

et toujours cette chanson
qui brûle mes 16 ans.


Jean Coulombe © 2018


lundi 22 janvier 2018

LE FEU DU CIEL





Conscience longue distance
nos déroutes prennent la route

ailleurs la mort rôde
le feu vient du ciel

nous on rentre chez nous
bien au chaud

aux antipodes
loin des flammes



Texte: Jean Coulombe

Vidéo: Gilbert Sévigny
           Jean Coulombe

Son: Marie-Louise

Réalisation: Éditions VA

Tous droits réservés © 2018


jeudi 18 janvier 2018

UN PAYS DANS LA TÊTE





















À force de boire
pour noyer toute
comme à force d'abstinence
pour remettre "l'autre pays" *
dans ses claques
la langue devient seule
la langue devient celle
des paroles dans la tête
l'abstinence comme l'ivresse
se limitent à imiter
la seule personne
qu'on peut être.


                                         * L'expression est de Jean Coulombe.


Denis Samson © 2017


jeudi 11 janvier 2018

PARTANCES (2)





















Il faut savoir reverdir la grisaille
le froid soleil des arbres morts

il faut saisir la sève dans nos bouches
le feu au coeur de la braise

il faut chanter les partances
sur le chemin de l'horizon.



Jean Coulombe © 2018


dimanche 7 janvier 2018

DUO (souvenir)

... à Dan




















Le cendrier est plein à ras-bord
le piano s'endort
mais la musique a encore soif

le poète
peut enfin chanter faux
comme il lui plaît
sans que ça change grand-chose
à l'affaire

le jour attend que ça finisse
pour se lever

le gars qui fait le ménage
de la place
dit qu'il aime ça

il a l'air de le penser vraiment

reste à savoir de quoi il veut parler
exactement.

La répétition a confirmé
si besoin en était
la nécessité de beaucoup répéter encore...

Ou peut-être pas.


Denis Samson © 2017


mercredi 3 janvier 2018

MONTAGNE EN MAIN





















Me voici,
montagne en main
sur la fine ligne
qui traverse
la plaine des silences.

Tu as la braise tranquille
de celles qui chantent
la noire morsure
du crépuscule.

Nous voilà,
ivres de doutes
et de réconforts

quand le jour
range ses pinceaux.



Jean Coulombe © 2018