vendredi 9 janvier 2015

TANT NOS OS NOUS GLACENT



























Enlisés en nos bras
le long du couloir
tapissé de fleurs mortes

nous avons à vivre
ce monde qui nous tue

on se paie des tournées
pour fissurer l'oeil fou
pour arrondir l'outrage
qui nous perce les chairs

taisons ces clameurs
le temps d'un sursis

tant nos os nous glacent


Jean Coulombe © 2015


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire