dimanche 5 mai 2013

KOUNA

















En dérape avec le Keith
largué en poésie napalm

dommages collatéraux

son bloc de granit
sur l'accélérateur
tout pivote serré

dans l'oeil de l'ouragan
les décibels roulent
et le ciel se déploie

tout est rauque
tout s'éclipse

ma peau rayonne
comme une lune d'or
oubliée près du coeur

un matin de peine


Jean Coulombe © 2013


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire