samedi 29 septembre 2012

CHARNEL




















Corps sous les verrous
à portée de voix du sommeil
coeur sous contention

génuflexions du désir

séquelles de mémoire vive
en cet asile de chair.

Lumière des serrures dans le noir.


Denis Samson (c) 2012


1 commentaire:

  1. Tu regardes encore par le trou des serrures, toi?
    Bravo,belle poésie !
    claudantar

    RépondreSupprimer