jeudi 3 mai 2012

CABANONS




















Une ville étrangère a poussé
dans mes souvenirs d'enfance

entre la barbarie des prières
et le troupeau du social

de beaux bungalows bien propres
avec du gazon plus vert que vert

pas un cri plus haut que l'autre
et des SUV à chaque entrée

comme un chien sans médaille
à l'aube, je gagnerai la forêt


Jean Coulombe (c) 2012


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire