mercredi 30 novembre 2011

ÉTREINTE DES JOURS





Dans l'étreinte des jours
le breaker du coeur a sauté

les heures se brisent
l'éternité s'absente
ailleurs n'est plus ailleurs
à la fin.

Rêves consommés la télé du cerveau
restée ouverte
les lèvres se referment
sur les yeux qui mordent.

Le temps des blessures
enfermé dans une peau d'hiver
la lumière fendue l'oeil à coudre
entre désir et délire

une plaie dans l'image du corps.



Denis Samson (c) 2011


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire