mardi 31 mai 2011

MONSIEUR HERZIG





Quand j'avais 10 ans
il y avait un pâtissier
chez qui ma mère m'envoyait
chercher ses commandes
les jours de fête

il était Suisse
à ce qu'on disait
et ne prenait un verre
que les samedis et dimanches
en cachette de sa femme

il achetait une bouteille
au bar d'à côté
et l'y ramenait de sa pâtisserie
une fois vide
ni vu ni connu

je me suis
souvent demandé
combien de vides entraient
dans sa recette secrète

comme maintenant

alors que tu regardes
mes mains
comme des ballons crevés

et que je dois
faire un gâteau
de tout ça


Alain Larose (c) 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire