jeudi 13 janvier 2011

LA VIEILLE




Il ne saurait
que fermer le cortège

depuis
qu'elle les a rejoints

elle lui avait appris
à marcher
derrière des fantômes

Alain Larose (c) 2011

1 commentaire:

  1. lili dit:
    En vrai, lili pleure.Elle regarde la Blanche, la vieille, la photo. Le Blanc n'a jamais été aussi humain et en même temps, aussi douloureux à regarder.Un vrai visage, avec les émotions gravées dessus, ça ne se voit plus.On a interdit au temps de passer sur la peau, alors le regard s'est habitué à ne plus rien voir et là, il est obligé de voir, de reconnaitre...
    Je pleure parce que vous avez fait, le Poète et le Photographe, quelque chose qui se fait rarement, l'amour.Je suis très sensible au rapport de l'art avec la condition humaine.
    lili frikh

    RépondreSupprimer