lundi 10 janvier 2011

AUBADE أغنية




Je me roule aux ténèbres
comme un chien arrivé de loin
sans feu ni pitance

je rameute les caresses
glissées sous la porte
pour le jour trop gris

prenant soin de n'éveiller personne

Jean Coulombe (c) 2011

3 commentaires:

  1. La détresse de la bête me touche.
    Elle devrait hurler. Au lieu de ça, pour ne pas mourir, pour "n'éveiller personne",elle retient son cri.
    Cette bête m'a tout l'air d'un ange et si c'était un homme, peut-être, d'un poète affamé.
    Dans tous les cas, j'apprécie la sobriété du désarroi, la place faite au silence, dans l'épreuve du manque. lili frikh

    RépondreSupprimer
  2. Je viens parfois, aux heures qui s'allongent, tremper mes yeux à vos vers ( et qu'ils s'abreuvent d'une métaphore trois quart )pour remarquer, toujours, Ô combien les sensibilités divergent pour mieux m'en étourdir...
    Passionnément, donc ;)

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien ainsi... la variété a meilleur goût!!!

    Jean

    RépondreSupprimer