jeudi 16 septembre 2010

SIDÉRAL




D'une rivière qui fuit
suivre la trace
dans les bois de la nuit.

Au-delà de l'obscur
arrivés aux vitraux de noirceur
on peut voir,
des miroirs qui craquent,
les visages qui tombent.

Denis Samson (c) 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire