mercredi 11 novembre 2009

LES HUMAINS


Les humains marchent à part
consomment le vide dans leur tête

en cris rauques
avec l'envie de rompre
les amarres blanches
les liant aux choses
les liant entre eux

ouverts sur le temps
l'Absolu réversible
fugace très fugace

les humains marchent à part

comme s'il ne pouvait
en aller autrement

1 commentaire:

  1. Un portrait bien esquissé. Vraiment, c'est un bon poème.

    RépondreSupprimer