lundi 2 mars 2015

LE TÉLÉJOURNAL






















Elle parcourt la ville
sans permis de vivre
autour du cou elle porte
la brûlure qui la hante

veines au vent
elle pousse les portes
elle renonce aux oboles
aux sourires en vrille

elle sent l'univers qui tourne
la chaîne économique
qui s'enroule à ses jambes

le poids des galaxies
joue contre elle
le pouls du cosmos
bat dans sa tête

on lui a volé son âme
pour la passer au téléjournal

elle n'écoute jamais la télé


Jean Coulombe © 2015


mardi 24 février 2015

VIVRE D'UNE BLESSURE



























Colliers d'eau de nuit
à consommer en vapeurs
avec chaque ponction
de sèves quotidiennes

à vivre d'une blessure
conservant les galles du coeur
il y a métamorphose cosmétique
en amont des sutures.


Denis Samson © 2015


jeudi 19 février 2015

COI QU'ON EN DISE



















Je marche ma ville
obscurité aux poings

la marée motorisée
me saute au visage

solitudes encapsulées
livrées clé en main

leur forme furtive
nous grave une trace

leur petit parcours étoilé
burine la nuit du coeur

il fera beau demain
quoi qu'on en dise


Jean Coulombe © 2015



jeudi 12 février 2015

PRISONNIER






















La peau trouée il porte
cette croix en or
et des clous d'argent
les piercings du Christ
tatoué à sa poitrine

prisonnier à poings fermés
avec des trous de mémoire
plein les murs de sa chambre
sculpté de brûlures
au casting des douleurs
l'avenir comme une cicatrice
pouvoir faire autrement
c'est pas ce rôle-là
qu'il aurait choisi.


Denis Samson © 2015


dimanche 8 février 2015

L'ABSOLU


















Au bout des chemins
la nuit des temps
laisse hurler les coyotes
et quelques fous

au matin
on caressera
l'ABSOLU

s'il se laisse faire.



Jean Coulombe © 2015


jeudi 5 février 2015

ÇA FAIT QUE


«je suis prisonnier de ce poème»

- Patrice Desbiens,
Poèmes anglais





















Le vieux poète
se penche
sur son Olivetti
posée sur une chaise

parfois
le jour vient le visiter
et s'assoit
sur le lit avec lui

il est
le seul prisonnier
d'un poème
qui lui prend
toutes ses cigarettes
aux cartes

ça fait que
pour faire chier
le poème
à son tour

il n'a pas oublié
de ne pas mettre
de feuille
dans la machine


Alain Larose © 2015




lundi 2 février 2015

TOURNE TOURNE ROND



























Au théâtre de la rue
les heures
tournent rond
les gens
tournent rond
tout
tourne en rond
dans le sens
des aiguilles du monde

derrière son maquillage
de clarté
le monde
est une mode
passagère.


Denis Samson © 2015