dimanche 25 juin 2017

TOUT CE QUE...






















tout ce que tu es   a de l'or
        serti à ses silences

tout ce que tu murmures
       roule sans fin sur ma peau

tout ce que tu chantes
       m'envole aux falaises

tout ce que ton écho me ramène
      je le cache au creux du roulis

demain sur le ventre de l'aube
            je cueillerai ton ombre au rivage




Jean Coulombe © 2017


mercredi 21 juin 2017

PHOTO






















Tu regardes le ciel
je regarde la mer
la photo se souvient
un accroc dans les nuages
un oiseau
qui s'en fout
la mémoire a des ailes
différentes pour chacun.


Denis Samson © 2017


jeudi 15 juin 2017

CONVOI























Contre le métal du réel

                       intrusions intraveineuses

intra         intra        intra

                        convoi plombé

le sang poétique
                       cogne dru aux étoiles

entre les débris de satellites

                        passer droit aux douanes

avec un certain courage
                   
                         retenu en otage.




Jean Coulombe © 2017



mardi 13 juin 2017

POUR LE PLAISIR

















Réalité brevetée et manipulations langagières,
ignorance virale et mensonge généralisé,

dans le grand show zen surréaliste pour épicuriens
les mots semblent ne même plus être sensés vraiment
vouloir dire quelque chose...

Dérives sexistes, homophobes, racistes
et fascisantes,

au nom de quelque absolutisme moral,
religieux ou politique que ce soit,
là où l'amour devrait crever les yeux
dans ses dogmes autoritaires, doctrinaires
et hypocrites,
la haine est aveugle.

Entre l'horreur et la météo
à la télé
avec le décompte des morts
durant la nuit
sur les routes ou
éclatés par des bombes
ou autrement,
entre la misère et les exploits
des multimillionnaires du sport
et cette dépression qui nous arrive
du Colorado du Texas
ou d'ailleurs,
encore un dernier tour de méninges
avant d'aller dormir
à écrire
pour le plaisir
juste
pour le plaisir.


Denis Samson  © 2017
05 A.M.

mercredi 31 mai 2017

NOEUDS





















La bureaucratie des soupirs
peuple les couloirs d'hôpital

tant de chairs en pâture
tant d'existences friables

palper les noeuds oubliés

familles    marées
bousculées au couchant
         
un été au désert froid

ce qui nous brûle
                         hors portée
les veines

               plonger sous vide.



Jean Coulombe © 2017



lundi 22 mai 2017

UNE PLACE POUR MOI




















En ce mai/novembre
les larmes/pluies
s'abattent au visage

le théâtre de rue
congédie ses comédiens
vampirise les trottoirs

«The show must go on»

paraplégie corrosive
rien n'arrête les humains

il y a toute cette chaleur
à aimer loin dans les âmes

Sisyphe qui remonte sa pente
l'histoire d'une vie à réparer

le long de la fosse sans orchestre
on s'allume un village perdu
clope à clope
en tirant la laisse de son chien.

Que faire du soleil résiduel?


Jean Coulombe © 2017


lundi 15 mai 2017

EN RAPPEL



























Nuages défigurés
peignures d'ombres vent debout
draps tendus l'horizon sur un fil
tel un perchoir où le ciel à sécher
a vu s'éteindre le jour

la pluie a peint
l'écorce des arbres dans la cour
ocre vert brun et jaune

et quand la lune
bat le rappel des ombres
le vin la bière et le silence
ramènent une chanson
à la table des souvenirs.


Denis Samson © 2017