samedi 3 décembre 2016

SATORI EN VEILLE (satori en ville)



















Art: Gilbert Sévigny

Textes: Jean Coulombe 

Vidéos: Sévigny/Coulombe

Voici le site web contenant toutes les toiles, les poèmes ainsi que les liens pour les vidéos poèmes (1 à 20) de l'exposition Satori en veille (Satori en ville) présentée au Café Ma Station du 1er décembre 2016 au 8 janvier 2017:


http://jkoulombe.wixsite.com/satori-en-veille


dimanche 27 novembre 2016

POUR ÇA




















Il y a des amours
qu'on a portés sur l'épaule
sans trop y croire

des flammes noires
qui ont fleuri
sans éclore

au couchant

la mémoire vagabonde
trahit et torture

n'est-elle pas là
juste pour ça.



Jean Coulombe © 2016


jeudi 24 novembre 2016

COMMENT JE ME SENS

























La nuit s'écrit en super lune
le capteur de rêves patient à la fenêtre
attend que le sommeil me vienne
et comme c'est parti-là
à sa place je m'en ferais pas trop

j'aurais aimé
dire la neige qui vient
autrement
j'écris plutôt
tout simplement
comme dit le docteur
comment je me sens

j'écoute les Stones
même si je préfère les Who
la lune on la voit pas
il pleut
même si j'aimerais mieux
qu'il neige.

Comment je me sens
je le sais pas trop.

                    Québec, 15 nov. 2016.



Denis Samson © 2016


jeudi 10 novembre 2016

LENDEMAINS






















On palpe nos cataractes
une illusion à la fois

les ombres ont la force
les tourments du vertige

nos flammes cassées
balayées sous la grêle

il nous restera
le cri du nouveau-né



Jean Coulombe © 2016


jeudi 3 novembre 2016

RADOUBS






















L'irrépressible
soudé direct
aux ailes ouvertes

le corps me lance
plus loin que demain.



Jean Coulombe © 2016



samedi 29 octobre 2016

ÉOLIENNES

... à J.C.



















L'orignal
plus près qu'il paraît
la route plus rapide que l'oeil
loin des heures usinées
ça roule
la forêt sur les bords
se balance

une croix sculptée par le vent
qui attend la pluie à bras ouverts
au carrefour,
un grand vol d'éoliennes
pour coyotes des autoroutes,
ça roule
jusqu'au soir
avec l'écho des paysages.


Denis Samson © 2016


mercredi 26 octobre 2016

C'EST COMME ÇA (DANS MA TÊTE)




















Le vol des oiseaux de proie
encercle le jardin perdu

la ville a ses rites ses échos

lire les signes m'aveugle

le pourquoi du comment
à cheval sur les fissures

la vrille peut s'accélérer.



Jean Coulombe © 2016