lundi 27 juillet 2015

COEURS ERRANTS (RÊVÉ À VERLAINE)



























Verlaine
a beau s'enfuir
d'hôpitaux inventés
pour punir l'amour
le papier froissé change rien
à l'angoisse des mots doux

coeurs errants
corps en désordre
sous les draps

couteaux de velours
comme un mal de neige

blessures où sont rangées des armes.



Denis Samson © 2015


samedi 25 juillet 2015

RADIO CITÉ BLUES

















Jouer au gorille
pris dans le trafic

monter le volume
les yeux au ciel
le pied sur les freins

bouffer du cycliste
bouffer de l'autobus
avec le gars à la radio

le gorille à la radio


Jean Coulombe © 2015


P.S. mille excuses aux vrais gorilles 


samedi 18 juillet 2015

INVENTAIRE

















Astres dansants décoratifs
sur toile de fond électrique
et ce corps éclaté
dans le rôle de la nuit

l'inventaire des mains vides
des histoires à coucher dehors
des étoiles dans les veines

dans un bruit d'hôpital
des blessures par chants d'oiseaux.



Denis Samson © 2015



samedi 11 juillet 2015

DERNIER CINÉMA






















J'ai encore des falaises sous la voix

j'avance comme une ombre chinoise
dans le dernier cinéma de la ville

j'habille la nuit d'une brume
d'une dernière parole.



Jean Coulombe © 2015


lundi 6 juillet 2015

SÉCHERESSE






















La lune dans ses plaies
comme l'eau d'un cri la soif
la mer reste allumée
la chaleur va durer

il y a des incendies entre les pages
du bestiaire illustré
des forêts fantômes.


Denis Samson © 2015


dimanche 28 juin 2015

CAFÉ DES LENDEMAINS



























Au café des habitudes
les membres se branchent

leur réseau s'allume
le monde nous enserre

une voix parfois éclate
s'embrase et s'indigne

la poésie immanente
s'enroule aux langues

il y aura un lendemain
mais sera-t-il nôtre?

Là est la question.



Jean Coulombe © 2015


lundi 22 juin 2015

AUTOROUTE CÉLESTE





















Sur les rails des graffitis voyagent

des montagnes de l'aube au crépuscule
le train roule son écho de train

la nuit la noirceur défile
en paysage aux fenêtres

sur l'autoroute céleste après la pluie
les étoiles ébouriffées scintillent

le vent balaie les ombres

en rangées le long des routes
des arbres s'évertuent
à cacher l'absence
de forêt.

La lune dans son feuillage
regarde passer le train.


Denis Samson © 2015