dimanche 17 décembre 2017

À CIEL OUVERT





















Être sur la terre, racines en tête
pour à jouer à cache cache
avec les soubresauts du soleil éventré.

Car les mots de ce ciel rauque
sont plus près qu'ils ne paraissent.

Poème à ciel ouvert.


Jean Coulombe © 2017



mardi 12 décembre 2017

PANDÉMIE





















Le silence consommé par le langage
des industries à message
l'endoctrinement se fait de l'intérieur
l'imagination sous contrôle
la pensée est un remède
trop souvent insuffisant
l'imaginaire social
a sa police des mots
la répression s'exerce
par la peur du manque
et le désir de masse
produit
par les grandes corporations
du libéralisme économique psychotique
du capitalismes génétiquement
transmissible
de la civilisation mondiale
des réseaux mutants.

Et j'écris
des poèmes...


Denis Samson © 2017



mardi 5 décembre 2017

L'AUTRE RIVE


Ignorant les miroirs brisés
la ville s'étale au loin
sous nos rêves étroits

la traversée des ombres
arrondit nos couleurs

la lenteur des frimas
nous enveloppe

il y aura une autre rive
tes yeux
le chantent tout bas.


Jean Coulombe © 2017


vendredi 1 décembre 2017

COMMENTAIRE





















N'en déplaise au "politiquement correct" actuel
de certains "spécialistes" des médias
les animateurs
des radio-poubelles
ne sont pas des "polémistes" peut-être "nécessaires"
ce sont les éboueurs
du populisme anti-intellectuel
profond
qu'ils suscitent.



Denis Samson © 2017


mardi 21 novembre 2017

LE LENDEMAIN DU SOUVENIR

















Mon oncle a fait la guerre...


Il l'a refaite cinquante fois

caché sous la table.



Jean Coulombe © 2017


jeudi 16 novembre 2017

3 PIÈTRES 1/2 À LOUER *
















... à tous les mal logés

Quand tu vis dans un trou
t'as beau avoir un domicile «fixe»
c'est dur de vraiment considérer ça
comme un endroit où se sentir
à l'abri.

Niques à feu
chambres à louer
avec salle de bain commune à chier
apparts insonorisés au carton
et autres paradis privés
de vie privée
quand tu te sens sans abri
à l'intérieur
ça peut bien donner le goût
de descendre dans la rue

d'y retourner peut-être.



* Tel que lu véritablement sur un
écriteau, rue Richelieu à Québec, par le passé.



Denis Samson © 2017



jeudi 9 novembre 2017

FACE AU VENT





















J'ignore tout ce que ta main peut tenir
face au vent

tu t'accroches sans lourdeur
à cette lumière tamisée par le temps

je te sens capable de soulever
l'écho du soleil

je rapproche ma bouche
de tes fragilités

tu sais m'y laisser boire
les relents de ta fureur

là où la lumière ne nous porte plus
les arbres brûlent

leur ombre meurt sans bruit
entre nos bras.

Dis moi,

face au vent.

Où va ce silence?



Jean Coulombe © 2017