samedi 14 juillet 2018

TON REGARD VAUT UNE TONNE DE BRIQUES























Nous n'avons plus de confins
le monde nous amenuise

presque seuls
presqu'ensemble

aux abysses

une frange de temps
enroulée autour du cou

pour le défilé...


Jean Coulombe © 2018

P.S. L'ordre des choses est établi sans remords


mercredi 11 juillet 2018

DES JOURNÉES COMME ÇA... (1 et 2)


























DES JOURNÉES COMME ÇA ... (1)

Démolitions et réfections mentales
ponctuelles

au point de rupture du sommeil
les draps pognent les nerfs
l'oreiller bat trop vite
la sueur pue la peur
qui tue les rêves.

Tu te lèves
soulèves ton coeur
encore une fois

toujours les heures font appel
à ce qui reste de toi
tel un ouragan en bout de course.

Toute douleur bien rangée
tous ces jours enfermés
dans leur petite case,
un calendrier comme un pilulier,
squatter le silence narcotique,
résister à l'obscurité frelatée
à grands coups de coeurs
sinistrés.

Faire de son mieux
en tant que représentation
de ce qu'on croyait être...

Écrire,
rapiécer des poèmes.




















DES JOURNÉES COMME ÇA ... (2)

Ces heures chaudes

la vie toute belle le ciel bleu ciel

à ras du crépuscule
les yeux baignent dans l'ombre
le fleuve est un reflet
des profondeurs du jour

la fin d'un après-midi soyeux
où des araignées auront tissé
cette lumière entre moi
et l'horizon.



Denis Samson © 2018



dimanche 1 juillet 2018

L'IDÉE C'EST D'AVOIR UN HOSTIE D'BON DRUMMER

À Alain Larose...


















Mon frère boréalisé
enrobé d'étoiles

poète roulé sous le vent

ton satori viendra
comme un wampum
porté par le feu.



Jean Coulombe © 2018

NDLR: Il y a plein de bon granit en haut de la côte pour les rêves.



jeudi 21 juin 2018

À L'ÉCLOSION DES MARÉES






















Ondes de tempête
états d'aubes qui débordent

nuages qui roulent sur la mer
ventre à l'air
la pluie ramène ses cheveux
en crinière

la lune ouvre des jardins
à l'éclosion des marées.


Denis Samson © 2018


vendredi 15 juin 2018

ROYAUME



















Je lance des corbeaux
dans le ciel de la basse-ville

comme une prière

pour provoquer les astres
pour rassurer les enfants

quand les vérités flambent
doucement une à une

j'étends mes mains sur les rumeurs

dans le silence partagé
je suis le roi de nulle part

et mon trône n'a que trois pattes.


Jean Coulombe © 2018


vendredi 8 juin 2018

RÉSIDENCE MUETTE





















Fossiles des heures archives d'étoiles
éphémères

derrière un voile de chair
l'effondrement des ombres
l'écho sans fin
de paroles tues

pensées en boucle entre sensations
et sentiments
des corps menottés au sommeil

d'une rive à l'autre du ciel
on garde secrète
la résidence muette des songes.



Denis Samson © 2018


samedi 2 juin 2018

L'OMBRE DE L'AUBE




















Les vertiges s'incrustent
le sang noir de la ville
rôde près des mots

le silence des oiseaux
chante l'ombre de l'aube

un peu de lumière
cogne à la fenêtre

le tumulte surviendra
au soleil dissolu

entre nos bras endormis


Jean Coulombe © 2018