samedi 19 août 2017

BRUISSEMENTS






















Arbres larguant leurs samares

méandres et tourbillons
parcours forestier où bruissent les ruisseaux
où les ombres chuchotent.

Feuillage obscur où naissent les étoiles.




Denis Samson © 2017


dimanche 13 août 2017

PARCOURS






















La patience du soir tombe
                                      et ne se relèvera pas.

Elle a le crâne à la lune, comme le temps.

                       L'ÉTERNITÉ est un leurre...

On regarde passer les nuages

                               ENSEMBLE

leur lenteur

                            en ÉMOTION
   
        tout au long du parcours.



Jean Coulombe © 2017


dimanche 6 août 2017

AU CORPS




















Elle traîne au corps
                            cette bête

son regard ouvre des entailles
                            la bête a faim.


Comme ces braises qui renaissent
                                       les jours s'enfilent

le long combat du sang
                                       aura sans doute une fin

le crépuscule hurle tout bas
                                  la suite des choses.


Nous sommes en force
                                  la lumière en partage

tous les paysages que nous avons bus
        toujours                  nous enivrent

nos mains se touchent
                        le toit du monde est solide.




Jean Coulombe © 2017


samedi 5 août 2017

FANTÔMES EN RÉSIDENCE





















Images peintes
en poussière d'horloge

matrice des fantômes
aux fourneaux d'une mémoire

l'oiseau à la cuisine
siffle le rappel des heures...

Dans mon rêve
les mots se parlent en secret
se frayant un chemin vers l'éveil.


Denis Samson © 2017


dimanche 30 juillet 2017

ÉCHOGRAPHIE



























L'ange au coeur creuse son trou

un nuage qu'on n'attendait plus
pour l'entonnoir à pixels

un peu de silence éclate

un oiseau passe en aveugle.


Le matin impose sa loi.


Jean Coulombe © 2017


samedi 22 juillet 2017

POÈME NOSTALGIQUE





















De plus en plus
la plupart des gens
que j'ai perdus de vue
et qui me reviennent en mémoire
sont soit morts
soit devenus «quelqu'un d'autre»
sur Facebook

et je sais que c'est vrai finalement
que plus ça va
plus le temps passe
vite
même si la plupart de ceux
qui me disaient ça
quand j'étais enfant
ne sont plus là pour me le rappeler.

C'est pour ça que la nostalgie
c'est de moins en moins mon truc.


Denis Samson © 2017


mardi 18 juillet 2017

LA PIERRE




















La pierre de l'enfance
comme un arbre nu
cloué au sol qui brûle

on reçoit le soleil oblique
en petites douleurs feutrées

à l'envers des heures
le silence est dur d'oreille

la taïga tatouée à l'oeil
on avance à petits pas
comme une bête blessée.

On comprend par le coeur.


Jean Coulombe © 2017